"Imaginez que vous vous donnez soudain le droit d'être furieusement heureux. Oui, imaginez une seconde que vous n'êtes plus l'otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions. Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l'instant présent. Imaginez que vous savez tout a coup être léger sans être jamais frivole. Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez devoir vous imposer en société. Vous avez quitté toute crainte d'être jugé. Imaginez que votre besoin de faire vivre tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous soit enfin à l'ordre du jour. Imaginez que votre capacité d'émerveillement soit intacte, qu'un appétit tout neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis et autant d'espérances inassouvies. Imaginez que vous allez devenir assez sage pour être enfin imprudent.

Imaginez que la traversée de vos gouffres en vous inspire plus que de la joie. C'était tout cela être le Zubial."

Alexandre Jardin, Le Zubial

7.7.18

Et après ?

.... Je ne sais pas. Mais pour l'heure nous savourons pleinement notre bonheur.

Toutebelle a décroché son bac !

Certains d'entre vous savent à quel point elle le méritait.

Je suis fière, très fière. Heureuse, très heureuse.

Merci à vous pour vos soutiens pendant ces douze années de blog(s), quand ce n'était ni simple, ni serein.

Nous partageons avec vous notre bonheur chers amis.


11.6.18

Merveilleuses retrouvailles

Nous avons tous lu ou entendu des récits d'animaux fidèles ayant parcouru des centaines, voire des milliers de kilomètres pour retrouver leur maître.

A chaque fois j'étais émue de la force du lien, ainsi que de l'incroyable fidélité et ténacité de ces animaux et de la beauté des retrouvailles.

Notre famille vient de vivre un de ces incroyables moments d'émotion homme-animal.

Vous n'imaginez pas la peine de Toutgrand, âgé de tout juste 5 ans, le jour où Oscar avait disparu.
Il m'avait fallu de longues heures pour le consoler de la perte de son nouvel ami.
Il adorait Oscar et avait passé beaucoup de temps à en prendre soin en le nourrissant et s'assurant de lui offrir un cadre de vie confortable.

Je n'ai jamais su comment Oscar s'y était pris pour s'échapper de la maison, mais j'avais tenté maladroitement de rassurer Toutgrand en lui disant qu'il était parti retrouver sa famille et qu'il était sans doute heureux d'être parmi les siens.

Toutgrand avait été inconsolable pendant plusieurs jours et jamais je n'aurais pensé que leur histoire connaîtrait une issue aussi heureuse... Car figurez-vous mes damnes et mes cieux, que pas plus tard qu'un soir de la semaine dernière, nous l'avons retrouvé !

Oscar a mis 15 ans et parcouru plus de 500 kilomètres, mais il a réussi à nous retrouver, malgré deux déménagements. Imaginez mon immense émotion en l'apercevant.

Mais plus suprenante encore fut la réaction de Toutgrand qui en entendant nos cris de joie hystériques : « Touuuuuuuuuuutgraaaaaaaaaaaaaand, il est revenu, Oscar est làààààààààààà !  Il t'a retrouvé !!!! » s'est contenté de répondre en le voyant : « pfffffffffffffffff ! N'importe quoi ! »

L'émotion sans doute...





18.5.18

Emue

Maurane, ta voix me manque déjà.

Tu sais que t'es veille...

Quand tous les enseignants de tes enfants sont plus jeunes que toi (même à la fac !!!)...

Quand le soir en te couchant pour dormir tu soupires d'aise alors qu'il n'y a pas si longtemps tu considérais que c'était une perte de temps...
Quand tu réalises que tu bois de moins en moins d'alcool parce que tu paies grave le moindre excès...
Quant toutes les références de films et paroles de chansons que tu as inculqués à tes enfants ne sont pas connus de leurs copains...
Quand tu te mets à chercher dans les supermarchés des articles qui ne sont plus commercialisés depuis très longtemps...
Quand tu es heureuse qu'il pleuve le week-end pour ne pas être obligée de suivre ton amoureux dans ses balades à pieds *...
Quand tu regardes uniquement la programmation des cinémas d'art et d'essai pendant que tes enfants vont au multiplex avec leurs copains...
Quand tu achètes lors d'une brocante un fauteuil confortable pour lire avec un plaid sur les genoux...Mais ne l'utilises jamais car tu te dis que tu vas lire avant de t'endormir, mais que tu plonges dans le sommeil en posant la tête sur ton coussin...
Quand il te faut une semaine pour te remettre d'un séjour en amoureux trop trop bien au Portugal...
Quand tes enfants te conseillent de te mettre au sport régulièrement afin de rester en forme...
Voire pire, quand ils commencent à te ménager... :-)


*nota : mon amoureux apprécie le combo dégustation de vins-câlins-lecture, mais seule la pluie l'y contraint : vivement l'automne !

25.4.18

Belle-maman

Ça y est, je suis officiellement une belle-mère.
Toutgrand qui s'était toujours montré extrêmement discret concernant ses conquêtes a souhaité que je rencontre seule son amoureuse pour la première fois.
Nous avons pris rendez-vous pour déjeuner dans une brasserie près de la Fac et c'est un Toutgrand protecteur et amoureux que j'ai vu entourer de ses bras sa promise en m'attendant à l'entrée.
Il avait bien insisté pour que je sois ponctuelle et il semblerait que j'aie fait bonne impression.
La demoiselle a dit à mon fils que j'avais plus l'air d'être sa grande sœur de 30 ans que sa mère, elle me semble assez formidable cette jeune-femme !
Mon bûcheron, mort de rire, a fait remarquer que cette histoire devait être sérieuse si elle commençait à flatter la belle-mère pour se la mettre dans la poche, mais je n'ai que faire de la jalousie manifeste d'un vieillard de 50 ans.

Pour tout vous dire j'avais un peu le trac sur le chemin aller et me suis tapée un fou-rire au retour en imaginant leur tête, si forte de mon statut de jeune belle-mère de 30 ans j'insistais pour qu'on aille tous ensemble danser en boîte.

M'enfin, voilà, je suis une belle-maman et franchement en commençant ce blog il y a 12 ans je n'aurais pas pensé arriver si vite à cette étape-là.
L'étape suivante c'est grand-mère et si je leur laisse leur temps de vivre leurs vies d'étudiants, j'avoue que je me réjouis à l'idée de tenir dans mes bras la prochaine génération.

En attendant puisqu'il fallait lui trouver un nom, ma belle-fille s’appellera Toutedouce.

Une présentation à toute la famille (dont le redouté Petitout dit "langue bien pendue") est prévue prochainement, je vous raconterai.

p.s : elle est aussi ravissante qu'intelligente, mais je n'en n'attendais pas moins de la jeune fille qui toucherait le cœur de mon fils.

Conseil aux jeunes amoureuses

La jeune coiffeuse qui nous permet à Toutebelle et moi d'être tout à fait présentables, va prochainement se marier.
Elle a fait la connaissance de mon bûcheron récemment et il était très amusé de m'écouter lui prodiguer moult conseils pour lui éviter quelques déconvenues dans sa future vie de couple.
Quand elle est repartie (coiffeuse à domicile) il m'a fait remarquer que si elle se mariait toujours malgré toutes les choses effrayantes que je lui avais dites, ce serait pur miracle.
Je ne crois pas être une désabusée de l'engagement, au contraire, mais tout de même la vie nous apprend deux trois choses quand on divorce au bout de 18 ans de mariage.

La première c'est qu'un homme fera toujours moins au fil des ans qu'au début de votre relation, aussi s'il fait peu à vos débuts, ne signez pas en espérant une amélioration.

La seconde est qu'il faut leur laisser faire les choses à leur façon et à leur rythme. Le mâle est loin d'être stupide et malgré quelques progrès loin d'être convaincu de l'égalité des sexes en matière de ménage. Il a bien compris que la femelle s'agace quand les choses ne sont pas faites aussi bien et aussi rapidement qu'elle le souhaiterait.
Ainsi, j'ai vu de mes yeux vu des hommes qui pendant plusieurs années de célibat avaient parfaitement repassé leurs vêtements, se mettre volontairement à bâcler le travail pour agacer leur compagne qui décidait de sa charger de la tâche afin d'aller plus vite et le faire convenablement.

Mesdemoiselles, c'est une arnaque ! Ne cédez pas. Laissez le monsieur prendre le temps nécessaire pour finir sa tâche et vous verrez qu'il finira par montrer très rapidement des compétences insoupçonnées afin de ne pas perdre trop de temps sur ces tâches ménagères.

NOTA : ce n'est pas valable que pour le repassage. Dites-vous bien que nous n'avons pas en tant que femmes le gène du ménage et que ce que nous parvenons à faire, ils peuvent le faire aussi.
Aussi, refusez de laisser vos collègues s'extasier en apprenant que votre homme repasse le linge de toute la famille ou prépare le dîner tous les soirs. Je n'ai pas connaissance d'un homme de 40 ans qui se soit vanté auprès de ses collègues d'avoir une femme qui s'occupe des enfants, fait le ménage et la cuisine et que ça ait provoqué chez ses collègues masculins une salve d'applaudissements.

Merde les filles ! Vos grands-mères ont brûlé leurs soutifs, ce n'est pas pour que vous repreniez le chiffon avec docilité.

Mesdemoiselles, ne vous oubliez pas : 1+1 = 2, pas lui uniquement.

24.4.18

L'annif

Il était une fois une grande folle qui aimait bien organiser des surprises pour les anniversaires de ses proches, alors bien qu'il ait dit ne rien vouloir faire elle avait commencé à organiser la fête de demi-siècle de son amoureux depuis des mois.
Elle lui demanda de poser quelques jours de congés, en lui indiquant vouloir l'emmener découvrir quelque contrée. Il accepta.
Ensuite elle organisa la venue surprise de sa fille aînée chérie depuis l'étranger.
Elle prit contact avec le dirigeant du petit club dans lequel il s'était commis jeune en jouant au foot, histoire d'avoir quelques preuves photographiques de ce passé qu'il voulait volontairement occulter.
Et elle mit tous ses proches (amis, famille) dans la confidence.

Aussi quand elle prit le volant pour emmener le fêté sur sa terre natale, il fut surpris.
Quand ils posèrent leurs valises dans le gîte du château local, qu'elle avait pris soin de réserver pour la semaine, il fut ravi.
Quand ils se baladèrent dans ce pays ardéchois qu'il aime tant, il fut enchanté.
Quand la veille de son anniversaire, en ouvrant la porte du gîte se présenta devant lui sa grande fille chérie qu'il n'avait pas vue depuis des mois car elle vit chez les descendants des vikings, il n'en revint pas.
Quand le soir de son anniversaire, il découvrit dans ce restaurant qu'elle avait pris soin de réserver pour toute l'assemblée, toutes les personnes qu'il aime, il fut heureux. 
Elle avait défini avec le chef un menu qui plut à tous et commandé les meilleures bouteilles, elle avait fait l'aller-retour l'après-midi même pour aller chercher un grand gâteau d'anniversaire (son gâteau préféré bien sûr) chez le meilleur pâtissier du coin, avait pris le temps de faire un mur de souvenirs avec des photos de lui qu'il ne connaissait pas (dont celles de foot) récupérées discrètement au fil des mois auprès des membres de sa famille.
En écoutant la conteuse locale à laquelle elle avait fait appel pour animer la soirée au rythme de récits enchanteurs traditionnels, qui avaient déjà régalé ses aïeux lors des longues veillées au coin du feu, il fut comblé.
Quand elle organisa un grand barbecue la veille de leur retour dans le jardin du château, afin de prolonger la fête avec toutes les personnes qu'il avait invitées, il fut ravi.
Et quand ils furent de retour dans son appartement lyonnais pour reprendre le chemin de l'école et du travail après cette parenthèse enchantée, il la remercia de tout son cœur. Elle ne l'avait jamais vu aussi heureux, ça lui faisait sincèrement plaisir.
Cerise sur le gâteau, ils avaient eu un temps magnifique tous les jours.

La surprise fut réelle, le bonheur de tous sincère, mais toute cette organisation (+ la logistique sur place) avaient laissée la grande folle sur les rotules et fauchée comme les blés :  "on ne compte pas quand on aime".

Un week-end en amoureux en Europe début mai était prévu depuis longtemps et cette fois-ci c'était à l'amoureux de tout organiser (la grande folle s'était  toujours chargée d'organiser tous leurs week-ends et vacances depuis qu'ils se connaissaient), aussi essayez d'imaginer la tête qu'elle fit quand le lendemain de leur retour à Lyon il lui dit : "t'as choisi la destination et commencé à comparer les prix pour notre weekend, qu'est-ce qui est mieux, le premier ou le second weekend ?"

C'est décevant joueur parfois un homme. Après 24h de soupe à la grimace :

L'amoureux : "Mais qu'y a t-il mon amour ? Dis-moi ce qui te tracasse."
La grande folle : "Rappel des propos échangés"
L'amoureux : "Aaaaaaaaaah mais je plaisantais ma douce, bien sûr que je m'occupe de tout !"
La grande folle : "Ton humour à deux balles tu sais où je me le mets ?"
L'amoureux mort de rire : "Mmmmmh, j'adore quand tu t'exprimes avec poésie"

Bon, je ne le tuerai pas encore cette fois-ci.

9.4.18

A fleur de peau

Un bon virus grippal m'ayant mise KO la semaine dernière, j'ai tout de même assuré le quotidien familial : courses, ménage, repas, lessives, etc.

Je tenais bon, bien que ce soit les montagnes russes émotionnelles dans ma tête, car à quelques jours des vacances (et l'organisation de surprises pour l'anniversaire d'un très cher) il ne fallait pas flancher.

Pour me mettre du baume au cœur, nous avons pu hier profiter de quelques heures en la délicieuse et pétillante compagnie de Dany et son amoureux (la prochaine fois tu nous raconteras ta famille à toi, chère Dany).

Mais mon amoureux étant souffrant, c'est moi qui ai conduit au retour et bien que nous ayons passé un après-midi joyeux et apaisant, en arrivant à la maison je me suis rendue compte que j'étais épuisée. J'ai tout de même préparé le dîner en ruminant les reproches infondés et injustes de mes héritiers qui n'ont que moi à attaquer (leur père est parti à des centaines de kilomètres et ne leur donne plus aucun signe de vie depuis des mois).

Je me suis fâchée après Toutebelle qui à quelques semaines des épreuves du bac semble se préoccuper plus des sollicitations de ses hormones et des chamailleries entre camarades de classe que des révisions.

Alors quand ensuite j'ai lu les articles sur les attaques chimiques en Syrie et toutes les mauvaises nouvelles dans les faits divers, je me suis endormie comme une masse et réveillée ce matin très tôt en me sentant accablée, alors que quelques jours auparavant je me sentais comblée par la vie.

J'en arrive à envier les ermites... je crois que je suis FA-TI-GUEE !

15.3.18

Le printemps

J'aurais aimé pouvoir profiter tranquillement de la seule et unique belle journée ensoleillée que nous avons eu hier mais ce ne fut hélas pas le cas beaucoup trop de choses à faire, je n'ai pas pu me poser 15 minutes.

Il re-pleut et j'ai envie de re-pleurer. Mais mon amoureux sait comment me consoler.

Il est venu nous voir hier soir et en arrivant a déposé fièrement sur la table une multitude de petits sachets en disant : "Voilà ma douce, je vais planter plein de petites graines".

Ce délicieux terrien a réussi à faire de mes bacs de terrasse de véritables jardinières dans lesquelles nous avons pu récolter l'an dernier moult poivrons, concombres, tomates, herbes aromatiques et même des arachides.

Il y a 3 semaines il était allé acheter spécialement des bulbes de jonquilles qu'il a plantés pour que "je vois le printemps pousser" et là il a ramené, en plus des légumes, des graines de belles fleurs colorées pour "illuminer chacun de mes réveils".

Vous l'aurez compris c'est un poète du quotidien qui doit se demander parfois s'il n'est pas tombé sur la plus relou des amoureuses, parce que bizarrement tout ce que j'ai retenu moi depuis hier soir c'est qu'il va me planter plein de petites graines...