"Imaginez que vous vous donnez soudain le droit d'être furieusement heureux. Oui, imaginez une seconde que vous n'êtes plus l'otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions. Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l'instant présent. Imaginez que vous savez tout a coup être léger sans être jamais frivole. Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez devoir vous imposer en société. Vous avez quitté toute crainte d'être jugé. Imaginez que votre besoin de faire vivre tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous soit enfin à l'ordre du jour. Imaginez que votre capacité d'émerveillement soit intacte, qu'un appétit tout neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis et autant d'espérances inassouvies. Imaginez que vous allez devenir assez sage pour être enfin imprudent.

Imaginez que la traversée de vos gouffres en vous inspire plus que de la joie. C'était tout cela être le Zubial."

Alexandre Jardin, Le Zubial

11.6.18

Merveilleuses retrouvailles

Nous avons tous lu ou entendu des récits d'animaux fidèles ayant parcouru des centaines, voire des milliers de kilomètres pour retrouver leur maître.

A chaque fois j'étais émue de la force du lien, ainsi que de l'incroyable fidélité et ténacité de ces animaux et de la beauté des retrouvailles.

Notre famille vient de vivre un de ces incroyables moments d'émotion homme-animal.

Vous n'imaginez pas la peine de Toutgrand, âgé de tout juste 5 ans, le jour où Oscar avait disparu.
Il m'avait fallu de longues heures pour le consoler de la perte de son nouvel ami.
Il adorait Oscar et avait passé beaucoup de temps à en prendre soin en le nourrissant et s'assurant de lui offrir un cadre de vie confortable.

Je n'ai jamais su comment Oscar s'y était pris pour s'échapper de la maison, mais j'avais tenté maladroitement de rassurer Toutgrand en lui disant qu'il était parti retrouver sa famille et qu'il était sans doute heureux d'être parmi les siens.

Toutgrand avait été inconsolable pendant plusieurs jours et jamais je n'aurais pensé que leur histoire connaîtrait une issue aussi heureuse... Car figurez-vous mes damnes et mes cieux, que pas plus tard qu'un soir de la semaine dernière, nous l'avons retrouvé !

Oscar a mis 15 ans et parcouru plus de 500 kilomètres, mais il a réussi à nous retrouver, malgré deux déménagements. Imaginez mon immense émotion en l'apercevant.

Mais plus suprenante encore fut la réaction de Toutgrand qui en entendant nos cris de joie hystériques : « Touuuuuuuuuuutgraaaaaaaaaaaaaand, il est revenu, Oscar est làààààààààààà !  Il t'a retrouvé !!!! » s'est contenté de répondre en le voyant : « pfffffffffffffffff ! N'importe quoi ! »

L'émotion sans doute...





6 commentaires:

dany a dit…

Morte de rire!!! bravo à toi….

Sad Song a dit…

J'y ai cru...:p

Anne a dit…

Mouarf!!!!

Mamanlit a dit…

J'adore !!!

Anonyme a dit…

Extra !!

Des bises Lysa

Zozosteo a dit…

Je me suis fait avoir! :-D
Miss Potée a eu un très gros chagrin cette semaine parce qu'elle avait mis un cloporte dans la poche, bâptisé "Pomme de pin", et qu'il était mort quand elle est arrivée à la maison. De grosses larmes pour son cloporte.
ça me donne une idée: dans 15 ans, on lui fera le coup de la résurrection!