"Imaginez que vous vous donnez soudain le droit d'être furieusement heureux. Oui, imaginez une seconde que vous n'êtes plus l'otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions. Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l'instant présent. Imaginez que vous savez tout a coup être léger sans être jamais frivole. Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez devoir vous imposer en société. Vous avez quitté toute crainte d'être jugé. Imaginez que votre besoin de faire vivre tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous soit enfin à l'ordre du jour. Imaginez que votre capacité d'émerveillement soit intacte, qu'un appétit tout neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis et autant d'espérances inassouvies. Imaginez que vous allez devenir assez sage pour être enfin imprudent.

Imaginez que la traversée de vos gouffres en vous inspire plus que de la joie. C'était tout cela être le Zubial."

Alexandre Jardin, Le Zubial

22.4.16

Que feriez-vous s'il vous restait 6 mois à vivre ?

Lâchez-vous !

10 commentaires:

Bellzouzou a dit…

Bah. (tu sais bien) ;-)

Bellzouzou a dit…

et toi???

Alexianne a dit…

Je casse ma tirelire et emmène mon fils et son amie faire un jolie voyage d'adieu (en Polynésie (si ma santé me le permet) ou dans une destination plus proche. Je prépare tout pour que mes proches n'aient à se soucier de rien... Je sais ,c'est un peu terre à terre mais j'ai déjà pensé à cela, ne me reste plus qu'à l'écrire... Discuter de la mort ou de ses dernières volontés avec ses proches n'est pas toujours simple surtout quand vos volontés ne sont pas comprises ou dans les "us et coutumes" familiales. Présenter, expliquer, encore et encore et s'assurer qu'une personne de confiance les fera respecter.

dany a dit…

Je pleure.... Je fais un testament et j'organise une grande fête où je réunis tous les gens que j'aime : famille, amis, relations.... et je repleure!!!!

Anne a dit…

S'il me restait 6 mois à vivre... J'écrirais la joie d'être en vie, celle d'avoir vécu. Je ferais des câlins. Je réunirais les miens. Je ferais un voyage loin, loin... En Nouvelle Zélande. Ou à Pétra. Je prendrais des photos, je ferais des albums de celles que j'ai déjà et je les distribuerais. J'organiserais une fête pour mon départ.

Anonyme a dit…

Une fête avec tout ceux que j'aime ! je m'organiserai pour que mon décès ne coûte rien à personne, j'écrirai un livre pour mes petits-enfants....

Et peut-être je réglerai quelques comptes avec ceux qui m'ont rendu la vie difficile à moins que la proximité du départ me rende plus conciliante ?

Névrosia a dit…

Bellzouzou :
T'es la reine des pirouettes :)

Alexianne, Dany, Anne :
Comme je vous comprends, je partage vos souhaits et vos préoccupations. Je vous trouve très touchantes mesdames, merci.

Anonyme :
L'idée du livre aux petits enfants me plaît beaucoup. Pour ce qui est du règlement de compte je ne suis pas convaincue. Il me semble que quand le temps est compté on revient à l'essentiel,aux sentiments positifs, à ce qui nous fait du bien, l'amour.

Solinine a dit…

Je passerais tout mon temps avec ceux que j'aime à me nourrir de leurs câlins, de leurs confidences et de leurs rires.
Je profiterais de chaque minute restante, chose qu'il faudrait faire à chaque instant, que l'on soit en sursis ou pas!

virginie a dit…

Un peu beaucoup comme anne, j'écrirai, je photographierai, je dirai… je voyagerai, je biserai. Mais là du coup ça fout un peu le bourdon, non?

Névrosia a dit…

Solinine :
Amen ! :-)

Virginie :
Oui mais non,explication dans le prochain post ;-)